Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Clotilde Escalle

Articles récents

Et des totems évidemment... Des figures venues du...

2 Mai 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

Lire la suite

Petites palpitations du soir... Petits...

2 Mai 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

Lire la suite

Parution de mon dernier roman Les Jeûneurs, chez...

30 Avril 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

Lire la suite

Les Jeûneurs

25 Avril 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

D.R.

 

Les Jeûneurs sont chez Publie.net, et c’est un grand bonheur !

http://www.publie.net/livre/les-jeuneurs-clotilde-escalle/

 

Lire la suite

Petit Zéphyr

3 Avril 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

DR

 

Tes affaires sont rangées dans un grand sac de papier. Je n’ose y toucher, ni recenser définitivement ce qui désormais m’appartient, et qui, par une trop grande familiarité, m’évoque des instants d’une vie rêvée. Ce que l’on croit avoir entre les mains, au même titre que ce que nous sommes, n’existe pas.

 

Lire la suite

Instant présent

27 Mars 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

DRNe jamais se laisser aller à un quelconque rite divinatoire, ce serait comme chercher l’eau des sources, mesurer la vie à l’aide d’un pendule, on se prendrait au jeu, et tout oiseau qui passerait dans le ciel serait l’écriture possible d’un destin inévitablement funeste (la belle poésie), platitude à prendre au revers.

Lire la suite

Papa Beckett

5 Mars 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

À la lisière du temps, cette boîte aux lettres...

 

Papa Beckett

 

et ces réminiscences:

 

"Il est tard dans l'après-midi et au bout d'une centaine de pas le soleil apparaît au-dessus de la crête. Levant les yeux au ciel d'azur et ensuite au visage de ta mère tu romps le silence en lui demandant s'il n'est pas en réalité beaucoup plus éloigné qu'il n'en a l'air. Le ciel s'entend. Le ciel d'azur. Ne recevant pas de réponse tu reformules mentalement ta question et une centaine de pas plus loin lèves à nouveau les yeux à son visage et lui demandes s'il n'a pas l'air beaucoup moins éloigné qu'il ne l'est en réalité. Pour une raison que tu n'as jamais pu t'expliquer cette question dut l'exaspérer. Car elle envoya valser ta petite main et te fit une réponse blessante inoubliable."

 

(Compagnie, Samuel Beckett, Editions de Minuit, octobre 2004)

Lire la suite

A petits pas

19 Février 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

DRToutes ces choses que l’on fait tous les soirs, qui indiquent la fin d’une journée et annoncent la tranquillité après le travail, toujours le même itinéraire, machinal, ouvrir l’eau qui alimentera le chauffage, fermer le cabinet, monter et tirer les volets, aller à la salle de bains, soupirer devant le miroir, s’arrêter un instant, suspendre ses gestes pour écouter le brouhaha des moineaux dans le lierre et le chien qui, vraisemblablement énervé par un chat qui le nargue, aboie sans discontinuer. Se dire : comme la maison est silencieuse, comme j’ai vieilli, allant du bureau où je ne fais plus rien, à mon lit. Ils m’ont oublié. Compter les petits pas traînants et m’étonner qu’il y en ait si peu pour un si long temps, sentir les visages se défaire sous la paume des mains, à défaut de les voir, oui, comme le temps a passé.

Lire la suite

Merci

20 Janvier 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

DR

 

Je vais bien, merci.

Lire la suite

Figures de l'histoire

14 Janvier 2014 , Rédigé par Clotilde Escalle

« Au sortir de la Grande Guerre, Chirico renouvelle la peinture d’histoire en re-peignant le plus émouvant des départs au combat : les adieux d’Hector et d’Andromaque, simplement remplacés par des mannequins. Dans les années 1940, l’exilé juif Felix Nussbaum, dans sa cachette d’Amsterdam, peint, avec ses figures à l’expressionnisme figé, l’allégorie des camps et de la mort qui l’attendent, tandis que, sur les bords du lac de Constance, Karl Hofer les spectralise à sa manière, dans la disposition calment inhumaine des panneaux perpendiculaires et des personnages nus et solitaires de La Chambre noire. En 1990, le fils d’émigrants juifs Larry Rivers, le même qui avait démystifié l’iconographie de Washington, peint deux portraits tranquillement symboliques du témoin des camps, Primo Levi. Sur l’un, la figure de l’écrivain se dédouble pour laisser apparaître le visage de l’enfermé. Sur l’autre, le mouvement de sa main déroule le paysage des murs et des silhouettes des victimes. Surimpression empruntée au cinéma, décomposition du mouvement empruntée à son ancêtre, la chronophotographie de Marey. L’histoire n’a pas fini de se mettre en histoires. »

 

(Figures de l’histoire, Jacques Rancière, Travaux Pratiques, puf, août 2012)

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>